Travailler ensemble les questions de politique énergétique : 1ère journée d’étude et de formation Cgt

Le 1er mars 2013, à l’initiative du Comité régional Cgt Poitou-Charentes et de la Fédération Mines Energie, des militants des CE d’UD, d’UL et du syndicat Energie se sont réunis à Ma Campagne (16) pour commencer à s’approprier ces questions.

Thèmes : Etat des lieux du secteur, réchauffement climatique, maîtrise de l’énergie, mix énergétique.

En introduction, J-M. Giraudeau, secrétaire régional, a précisé la méthode de travail, les enjeux et les objectifs de cette initiative.

Sur les enjeux

« …Il est des sujets sur lesquels nous avons absolument besoin de travailler. Et là, justement, celui-là est transversal pour notre organisation en plus d’être un sujet de société. Il touche la question des ressources, des conditions de production, donc de l’industrie, de l’emploi, du coût, de la maîtrise, du pouvoir d’achat, de l’environnement, etc…

Il touche bien sûr le professionnel et d’ailleurs pas uniquement la Fédération de l’Energie, mais aussi les autres : la chimie, les transports, les services publics, notamment sur les collectivités locales, les politiques publiques, la construction avec l’habitat, etc…

Enfin, ne restons pas axés sur la vision d’une seule entreprise, EDF, même si aujourd’hui elle a été éclatée, mais sur les questions relatives à tous les domaines énergétiques…. ».

Sur la méthode

«….. Il me semble quand même important de préciser comme nous ambitionnons de travailler ensemble, dans la Cgt, pour aborder ce débat dans des conditions acceptables et cohérentes en tant que Confédération.

Et la Confédération, ce n’est pas seulement une ou l’autre des organisations qui la composent, mais un ensemble. Ce n’est donc pas un sujet réservé aux professionnels du secteur de l’énergie, même si, naturellement, l’expertise de professionnels peut être utile à la réflexion collective. Ceci est valable pour l’énergie mais aussi pour d’autres secteurs d’activité. On ne peut traiter des questions de l’organisation de la santé qu’avec nos syndicats du secteur, de l’organisation des transports qu’avec nos syndicats concernés, etc… que l’on se comprenne bien, sur des enjeux majeurs à plus d’un titre, les positions des camarades des professions sont essentielles, mais elles ne peuvent être les seules à déterminer les positions d’une confédération.

D’un autre côté, il faut faire attention sur un tel sujet, à ne pas nous laisser enfermer dans un débat qui consisterait à ne se positionner que sur un seul point : pour ou contre le nucléaire. Nous travaillons beaucoup et de plus en plus avec les associations environnementales dans le CESER, nos positions peuvent se rejoindre sur nombre de sujets, mais nous avons à prendre en compte non seulement les dimensions environnementales, mais aussi économiques et sociales.

Dans la Cgt, qu’il puisse y avoir plusieurs points de vue, des préoccupations, des questionnements ou des réflexions différentes n’est pas un problème. Il y en aurait d’ailleurs un si notre organisation ne permettait pas ce genre de débat. Il ne doit pas y avoir non plus de sujet tabou et chacun(e) a le droit d’apporter son propre avis sans que les autres ne le classent dans un camp ou un autre. Je pense là aussi au nucléaire… ».

Sur les objectifs

… « Par ces 2 journées, nous souhaitons allier deux dimensions importantes :

  1. l’acquisition de connaissances : c’est pour cela qu’on a appelé ces journées des « journées d’étude »,
  2. et l’autre dimension essentielle qu’est le débat, la nécessaire discussion entre nous pour confronter nos avis, nos réflexions.

Nous ne sortirons pas avec une position sur le sujet. Nous ne sommes pas dans le cadre d’une instance décisionnelle chargée d’établir une position sur des sujets aussi complexes. Nous souhaitons, par contre, par ces deux journées, sortir plus armés, plus outillés, pour pouvoir participer chacun à notre niveau au débat citoyen qui – même s’il n’est pas organisé en tant que tel – aura quand même lieu dans notre pays… ».

Présentation de l’état des lieux 

C’est Jean-Paul Rignac, de la Fédération Cgt Mines Energie, qui l’a assurée.

Les travaux

La bonne organisation du déroulement de la journée a permis qu’ils s’enchaînent sans perte de temps et ils se sont poursuivis jusqu’à 17 h.

Difficile de rendre compte des échanges ! Pour en donner une idée, on peut écrire qu’ils ont porté sur :

  • une meilleure connaissance du mix énergétique actuel et sur les projets/projections en cours,
  • la question des économies d’énergie massives nécessaires,
  • les questions de la « sûreté nucléaire » (production, déchets…),
  • les questions de la recherche,
  • le Pôle public de l’Energie que propose la Cgt.

Les participants doivent se retrouver pour une autre journée dont les thèmes seront :

  • Gouvernance / Contrôle / Pôle public de l’Energie,
  • Filières industrielles / Recherche & Développement dans le secteur.