Transition énergétique

Journée d’étude réussie, notamment grâce à l’organisation dynamique des travaux par le Comité régional Cgt (Vanessa Couturier et Marc Autrusseau) et la coordination  régionale des syndicats Energie (Bernard Faucher et Serge Bissireix). Des vidéos extraites de l’émission télévisée « Le monde d’après »  sur la situation post Fukushima ont permis de rythmer et d’animer les travaux. Serge Vidal a, quant à lui, apporté les éclairages de la Fédération Mines et Energie (FNME-CGT).

La matinée

Elle a démarré avec le compte-rendu des travaux de la 1ère journée (1.03.13) et des échanges complémentaires qu’il a suscités. Puis les extraits vidéo portant sur les réserves mondiales, la mutualisation des énergies en Europe, les énergies de remplacement du nucléaire ont été supports intéressants pour lancer les nombreux échanges.

La seconde partie de la matinée a été l’occasion d’échanger plus particulièrement sur les portes ouvertes par la Recherche et le Développement dont Serge Vidal a présenté un état des lieux le plus exhaustif possible, avec des niveaux d’impact très différents.

L’après-midi

La reprise des travaux a été favorisée par un dernier extrait vidéo « poil à gratter »  sur un exemple de gestion municipale d’énergies renouvelables et sur le « compteur intelligent ».

Ce qu’il faut retenir des échanges

  • La confiscation du débat sur les énergies renouvelables a été dénoncée : le débat citoyen réclamé par la Cgt n’a pas pu avoir lieu et l’organisation de l’initiative gouvernementale du 25 mai en est une preuve supplémentaire. Pour autant, la Cgt n’abandonne pas son ambition d’aller au contact avec les salariés et la population et du 20 au 25 mai elle organise la diffusion d’une expression préparée par la Fédé Mines-Energie.
  • Le socle de notre positionnement
    • La question de la gouvernance est essentielle : pour la Cgt, c’est un Pôle public qui seul peut répondre aux défis de la question de l’énergie. Il faut opposer à l’autonomie et à la privatisation la solidarité et la gestion publique.
    • Le financement public ne peut aller sur de la Recherche privée qui débouche sur des formes d’exploitation à but lucratif.
    • Le pôle public (à construire !) doit être articulé avec une Agence européenne (à construire !).
    • L’énergie n’est pas un bien ordinaire : l’accès de tous doit être garanti.
    • Les énergies renouvelables ont un vrai potentiel à optimiser par la Recherche et le Développement. La privatisation actuelle de leur exploitation est inadmissible, mais elle n’est pas inéluctable.