[Suite] Etat des lieux : jeunes en formation

Extraits du Pacte pour la réussite éducative et professionnelle des jeunes de Poitou-Charentes.

Sorties sans qualifications

« En 2007, le Céreq estime à 5,6 % la part de jeunes sortis sans qualification en Poitou-Charentes et à 12,2 % la part de jeunes sortis sans diplôme de l’enseignement secondaire (selon les critères de la stratégie de Lisbonne). Bien que nous soyons passés en 30 ans d’un jeune sur quatre à un jeune sur dix, le phénomène garde une réelle importance : au niveau national le taux de sorties sans qualification était estimé la même année à 3,7 % et le taux de jeunes sortants sans diplôme, à 7,1 %. La région semble ainsi plus en difficulté que la moyenne nationale du point de vue des sorties sans diplôme et sans qualification. »

Source : Pacte juin 2013

Décrochage scolaire

« Le bilan des plates-formes de suivi et d’appui aux décrocheurs sur l’année scolaire 2011-2012 montre que le nombre des décrocheurs est de l’ordre de 3 000 par an, soit environ 2 % des jeunes scolarisés dans le secondaire, de la 6e à la fin du cycle général technologique ou professionnel du lycée » … En 2013, pour suivre le dispositif national de baisse du décrochage, le Poitou-Charentes, qui représente 2,7 % des jeunes scolarisés, doit assurer une baisse de l’ordre de 500 jeunes concernés.

… « Les jeunes en formation supérieure sont également touchés par le phénomène du décrochage. Même s’ils ne quittent pas le système éducatif sans aucun diplôme, ils restent nombreux à arrêter leurs études supérieures en cours de cursus, et notamment durant les trois premières années. Il apparaissait en 2007 qu’environ un jeune en formation supérieure sur cinq quittait sa formation sans obtenir de diplôme. »…

… « En termes de rupture de contrats d’apprentissage, enfin, la région enregistre des taux encore trop élevés en 2011-2012 : 22,1 % des contrats sont rompus, soit une augmentation de 1,2 points par rapport à l’année précédente. Après remédiation, des solutions pour signer un nouveau contrat ou pour réorienter les jeunes en rupture peuvent être trouvées et l’on constate un taux de maintien dans l’apprentissage de l’ordre de 83,3 % (contre 84 % l’année précédente). »

Source : Pacte juin 2013

Un taux d’apprentissage supérieur à la moyenne nationale

« L’apprentissage est fortement présent : en décembre 2012, 14 784 jeunes préparaient un diplôme ou un titre par la voie de l’apprentissage dans la région, dont 31 % de filles. C’est la seconde année de suite qu’on observe une hausse du nombre d’apprentis, après une légère chute à partir de 2009.

La région se rapproche de son pic historique de 2008 (14 845 apprentis) ; en revanche la part des filles stagne. Poitou-Charentes est ainsi la région française dans laquelle la part des apprentis est la plus importante parmi les 16-25 ans (6,9 % contre une moyenne de 5 %).

Dans l’académie, le poids de l’apprentissage sur l’ensemble du second cycle professionnel continue à augmenter plus vite que la moyenne nationale : il représente plus de la moitié de l’offre des formés (52,4 %) pour le niveau V. Pour Poitou-Charentes, qui représente 2,7 % des jeunes scolarisés, cette baisse doit être de l’ordre de 500  et 23 % pour le niveau IV, contre respectivement 46,7 % et 17,6 % pour la France entière. Il est à noter que si la part de l’apprentissage dans le niveau V a encore augmenté cette année, celle du niveau IV régresse assez fortement.

Parallèlement, le niveau de qualification des apprentis s’élève : l’offre de formation en apprentissage vers les niveaux I et II se développe : 816 en niveau I, soit une augmentation de 27 % en 2 ans ; et 454 en niveau II (+25 % en 2 ans). En conséquence, les formations de niveau V ne regroupent plus que 44,4 % des apprentis contre 61 % en 2007.

L’insertion des apprentis reste bonne malgré la crise : en 2011, 63,5 % d’entre eux occupaient un emploi sept mois après leur sortie de formation (61 % en 2010). »

Source : Pacte juin 2013

Un taux de contrats de professionnalisation en baisse

« Dans un contexte de forte contraction de l’emploi salarié marchand, la tendance à la baisse des entrées en contrat de professionnalisation se poursuit. Après avoir observé un pic historique en 2007/2008 (juin à mai) avec 3 290 contrats enregistrés et un point bas en 2009/2012 avec 2 368 contrats, la saison 2012/2013 permet (données arrêtées à fin janvier 2013) de comptabiliser 2 122 contrats, en baisse de 8% par rapport à l’année précédente. L’année 2013 semble donc s’orienter vers un niveau particulièrement faible en matière de conclusion de contrats de professionnalisation. Ce recul est plus marqué pour les jeunes de moins de 26 ans (-10 %). Il n’est que de 1 % pour les contrats de professionnalisation – adultes. La même tendance est observée au niveau national avec une baisse de respectivement 7 % et 5 %. »

Source : Pacte juin 2013

Postez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s