Négociation sur le Dialogue social : Isolé, le MEDEF doit changer sa copie

Cette 3ème séance de négociation a été marquée dès le départ par une opposition de la part de toutes les organisations syndicales de salariés, vis-à-vis du texte du MEDEF et par une défiance de l’UPA et de la CGPME. Pour l’ensemble des organisations syndicales de salariés le texte présenté est encore plus négatif que le précédent. Les articles 1 et 2 du texte étant déterminant pour la représentation des salariés, les organisations syndicales ont fait des propositions.

Pour la CGT, il est hors de question que la représentation des salariés soit facultative, de même que le regroupement des délégués du personnel avec le CE et le CHSCT n’est pas acceptable, tout comme la marginalisation des délégués syndicaux.

« NOUVEAUTÉS REGRETTABLES »

Pour Agnès Le Bot, négociatrice de la CGT, les propositions du Medef restent « dans une logique de dialogue social par défaut » et de « marginalisation de la présence syndicale ». La CGT a donc réaffirmé sa volonté de parvenir à une représentation de tous les salariés à partir d’une entreprise de un salarié et à conforter et développer les droits et moyens des instances, notamment du CHSCT.

Le MEDEF doit revoir profondément sa copie. C’est le message qui lui a été adressé par l’ensemble des organisations syndicales.

Pour le syndicat patronal UPA, le projet du Medef est « porteur d’une double faute » car il complexifie le travail des entreprises de 11 à 49 salariés sans répondre à la demande du gouvernement qui souhaite un système de représentation à l’allemande pour les entreprises de moins de 11 salariés, « au risque que la loi impose ensuite une solution irréaliste. »

« On observe que l’UPA souhaite discuter de la représentation collective pour les entreprises de moins de 10 salariés », explique Agnès Le Bot. Et d’ajouter : « Il y a des points d’accroche qui peuvent permettre d’ouvrir une réelle discussion. »

Il est essentiel que la citoyenneté au travail progresse. L’intervention des salariés pour peser sur cette négociation est plus que nécessaire, la CGT fera tout pour la favoriser.