Déconstruction et recyclage des navires en fin de vie

La filière déconstruction et recyclage des navire en fin de vie est un des thèmes de l’axe Politique industrielle travaillé par le Comité Régional

Dans le cadre du Grenelle de la Mer, faisant suite aux Etats Généraux de l’Industrie, la Cgt a élaboré un certain nombre de propositions en matière de reconquête de notre industrie. Parmi celles-ci, elle a porté l’idée de la création d’une filière de déconstruction et recyclage des navires en fin de vie.

Le Comité Régional Cgt a intégré cette proposition dans son plan d’activité. Il mène sa réflexion et ses initiatives en coopération totale avec l’UD 17. Il a mandaté Marc AUTRUSSEAU pour participer aux travaux du Collectif confédéral.

La Cgt constate que si en 2006, nous étions qualifiés d’utopistes, aujourd’hui de nombreux responsables politiques, de collectivités territoriales et d’industriels reprennent nos propositions. En juillet 2010, le rapport ministériel de P. CARDO sur ce sujet est publié.

Pourquoi la Cgt porte-t-elle sa réflexion et son travail sur cette filière industrielle ?

Parce qu’en plus de ses 3 500 kms de côtes ouvertes sur l’Atlantique, la Manche et la Méditerranée, la France possède des atouts industriels pour développer une filière créatrice d’emplois pour déconstruire propre.

La complexité et les enjeux du démantèlement des navires civils et militaires en fin de vie nécessitent la création d’une nouvelle filière.

Mais on ne peut se contenter de déconstruire propre : il faut également construire propre. La Cgt porte cette double démarche avec ses propositions pour la création de la filière « Déconstruction et recyclage des navires en fin de vie » et de nouvelles ambitions pour l’actuelle filière « Construction navale ». 

Sauvegarder, moderniser et rendre plus respectueuse de l’environnement cette industrie de pointe qu’est la construction navale… et mettre en œuvre la filière Déconstruction/recyclage vont de pair avec la nécessité de garantir des conditions sociales et environnementales sûres et durables.

La Cgt propose

En matière environnementale

  • La déconstruction/recyclage des navires doit être conçue dès le processus de leur construction. Cela nécessite l’instauration d’un suivi de leurs modifications et la création d’un « passeport vert » par navire ou bâtiment militaire ou de plaisance, transférable en cas de cession et garantissant la traçabilité des matériaux qui le composent.
  • La conception d’infrastructures pour acheminer, récupérer et recycler les déchets dangereux, toxiques ou non est nécessaire.
  • Il est nécessaire de mettre en oeuvre des procédés ou actions préventifs de nature à substituer aux matériaux dangereux des produits recyclables et non polluants.
  • Le tout suppose notamment de se pencher rapidement sur les besoins en formation correspondant aux nouveaux métiers qualifiés (expertise, valorisation des éléments non pollués, traitement, recyclage, transport et gestion des déchets).
  • Enfin il faut rendre « éco-responsables » les sociétés de déconstruction/recyclage qui envoient des navires à démanteler et recycler dans des pays en voie de développement.

En matière sociale

Il faut travailler à :

  • La mise à contribution de fonds régionaux et européens pour le développement des formations nécessaires à la création d’emplois qualifiés pour cette filière,
  • L’élaboration d’un statut social de haut niveau pour les salariés de cette filière de nature à leur assurer un travail décent,
  • La mise en place de mesures sociales contraignantes pour assurer un suivi médical de haut niveau, ayant pour socle les mesures de l’OIT,
  • L’élaboration de procédures novatrices, adaptées à l’élimination des matériaux dangereux, de nature à garantir la santé des salariés et leur environnement.