La session du CESER s’est déroulée du 9 au 16 décembre 2013.

Cette session était principalement consacrée au Budget prévisionnel 2014 (Lire la déclaration Cgt). Le CESER avait aussi à rendre des avis sur la Décision modificative n°3 et sur le projet d’avis définitif relatif au Schéma régional des formations sanitaires et sociales (Lire la déclaration Cgt). 

↓ En synthèse

Cette première session de la mandature était particulièrement difficile pour les nouveaux membres, car ils n’avaient pas participé au débat sur les orientations budgétaires qui avait eu lieu en octobre. Les débats ont donc principalement porté sur le budget prévisionnel qui, pour la première fois depuis 6 ans, est en baisse. Comme lors de la précédente session sur le débat d’orientation budgétaire, la Cgt s’est exprimée d’une manière critique, dénonçant notamment la baisse des dotations de l’Etat qui oblige les collectivités à réduire leur nombre d’actions et de projets, dans un moment où la population en a le plus besoin. Le groupe Cgt a aussi relevé le décalage entre les intentions de la région en matière d’éducation, de maîtrise de l’énergie et d’environnement, avec un budget en baisse sur ces différents aspects. La poursuite des politiques d’austérité, l’obsession de la maîtrise des déficits publics prend là toute sa dimension. En réduisant la part de l’investissement public, l’Etat porte une grande responsabilité vis-à-vis de l’économie des territoires et des conditions de vie des populations.

En outre, concernant le Schéma régional des formations sanitaires et sociales,  la Cgt a souligné que la région Poitou-Charentes possède des spécificités qui induisent des besoins particuliers du côté des usagers (augmentation de la pauvreté, vieillissement de la population…), comme du côté du secteur professionnel (très fort besoin en personnel qualifié du fait des manques dans le secteur de l’aide à domicile, ampleur des départs en retraites annoncés…). Si la Cgt approuve que le contenu des enseignements et leur universitarisation soient des obligations nationales, elle s’inquiète du fait que l’Etat a transféré une compétence, sans avoir transféré aux Régions les dotations financières correspondant aux obligations qui y étaient liées. La réponse aux besoins de nos concitoyens nécessite des moyens d’ampleur que la région, n’a pas à ce jour récupérés.

→ Lire l’avis du CESER