[Deux-Sèvres] Les salariés d’Eurovia ne décolèrent pas

Le 16 novembre, près d’une centaine de salariés d’Eurovia, parmi lesquels des militants CGT étaient rassemblés à Limoges. Venus pour certains de Niort, dans le cadre d’un appel à manifester devant le siège limougeaud de l’entreprise de travaux publics, les salariés et militants ont exprimé leur colère face à l’absence de leur patron, Jean-Louis Dartout lors de la réunion de négociations salariales. Bien que cette dernière ait été programmée depuis plus d’un mois, « il nous a expliqué qu’à la suite de notre appel à manifester, il ne recevrait finalement plus les organisations syndicales. Peut-être ne sait-il pas que le droit de grève est un droit constitutionnel ? », interpèle Philippe Loiraud (CGT). « Ce sont des arguments pour se dérober de cette réunion. Un vrai manque de respect. » estime Laurent Félicien, délégué syndical CGT chez Eurovia. Pour la CGT, l’absence du directeur constitue « une véritable provocation ». C’est à la suite d’un premier mouvement de grève intersyndical le 6 octobre dernier que les salariés avaient obtenu l’organisation d’une réunion de négociations salariales. « Tout s’était bien déroulé, il n’y avait pas eu de violences. Cette réunion devait permettre de négocier les modalités du versement d’une prime de 150€ qui avait été obtenue par les organisations syndicales de salariés le 6 octobre. Il s’y était engagé par écrit, mais aujourd’hui, il n’est pas là », s’agace Laurent Félicien.

Des salaires jugés insuffisants

À l’origine du mécontentement des salariés, il y a la question des salaires jugés « insuffisants ». « Il y a eu 0% d’augmentation en 2015 et on commence à nous dire que pour 2016, il y aura de l’activité partielle et pas de hausse, souligne Philippe Loiraud, aujourd’hui les salariés veulent juste vivre dignement. » Et d’ajouter : « Eurovia a touché 1,2 M€ de CICE, ajoute son confrère CGT. Mais il n’y a pas de création d’emplois, ni d’investissement. »

Plus largement, la colère monte dans la branche des travaux publics. Lundi, la CGT a lancé un mouvement de grève national dans le secteur, « Les problèmes qu’on a ici sont les mêmes ailleurs, chez Eiffage, Colas… », précise Laurent Félicien. « Le mouvement prend et l’action sera reconduite », annonce Philippe Loiraud.

Via LaMontagne

Postez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s