[Fusion des régions – Rencontre interrégionale] La CGT s’organise et identifie des projets communs de travail

Dans le cadre de la fusion des régions, les trois comités régionaux Poitou-Charentes, Aquitaine et Limousin ont organisé deux journées d’études les 9 et 10 juillet à la Couronne (16). Pour les participants, outre l’appropriation des éléments économiques, sociaux et syndicaux de la future région, l’objectif était de partager les pratiques des uns et des autres et de proposer des pistes de travail communes. Pari réussi.

• Les trois Comités régionaux ont entamé un travail commun de réflexion depuis plusieurs mois. Bien que la méthode pour imposer la réforme territoriale (et d’Etat) et la nature des objectifs d’économie qu’elle soutient ont fait l’objet de vives critiques de la part de la CGT, nos organisations ont décidé de se questionner sur la nouvelle approche syndicale possible. Face à un éloignement des centres de décisions, cette approche passe notamment par un renforcement de notre syndicalisme, au plus près salariés et des populations.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

> Etat des lieux de la future région

Demain première région agricole d’Europe et première région française en terme d’emplois touristiques, le futur territoire né de la fusion à venir dispose de nombreux atouts. Mais pour travailler efficacement en direction des salariés, encore faut-il savoir comment ils sont répartis. Au tourisme et à l’agriculture s’ajoutent les secteurs de la Santé humaine (ndlr : 130 000 salariés), de la Construction spécialisée, du Bois, du Papier et carton.

> Quelle approche syndicale ? Quels enjeux pour notre syndicalisme en territoires ?

• Dans la future région, 38 secteurs comportent plus de salariés que dans le reste de la France. Parmi eux, 19 sont spécifiques aux trois régions. Ce sont par exemple les secteurs du Bois, du Papier et carton, des Industries extractives, du Cuir… Bien que spécifiques aux trois régions, ils comptent moins de salariés que les secteurs de la Santé humaine, de la construction spécialisée ou encore de l’industrie alimentaire.

« Le syndicalisme dispose de véritables leviers de développement, que ce soit dans des secteurs spécifiques aux 3 régions (Bois, Papier & Carton) ou non (Santé humaine, Agriculture, Tourisme…). Globalement, ces secteurs indiquent des directions de travail possibles » explique Pascal Chauchefoin, chercheur à la Faculté de Sciences Économiques de Poitiers et intervenant durant la première journée d’étude (voir le diaporama A,L,P-C : Qui sommes-nous ? Que pouvons-nous espérer ?). Des secteurs identifiés dans les possibles enjeux thématiques communs présentés durant l’après-midi. « Par exemple, en Aquitaine, un travail est réalisé depuis plusieurs années sur la filière du Bois, co-construit avec les syndicats du secteur et les acteurs institutionnels, employeurs…  Nous avons proposé de capitaliser ce qui a déjà été réalisé et de donner des prolongements en Limousin et Poitou-Charentes sur la même base de démarche. » explique Jean-Michel Dupire, Secrétaire du Comité régional CGT Poitou-Charentes (voir le diaporama « Identifier les grands enjeux pour construire des projets communs »).

Des enjeux de travail ont aussi été déterminés dans les filières automobiles et aéronautiques, le secteur de la Santé publique, de la Démocratie (CESER, CPRIA, ARACT*), du Dialogue social territorial (CISTE, IDST, CERESA*)… ou encore autour des questions de maritimité. « Chaque région à ses spécificités et un avancement du travail différent. La mise en commun et le travail de concert nous paraît essentiel pour être une CGT efficace et de proximité » explique Jean-Michel Dupire.

Syndicalisation dans la nouvelle région

Concernant l’état des lieux CGT (organisations interprofessionnelles / professionnelles, forces organisées) dans la nouvelle région, le diaporama présenté par Gérard Pinaud (membre du Comité régional CGT) fait apparaître un taux de syndicalisation faible par rapport au nombre de salariés (2,82% sur les actifs et 0,88% chez les retraités), mais qui reste dans la moyenne nationale et représente plus de 65 000 syndiqués répartis sur 83 unions locales et 12 unions départementales. Par ailleurs, la représentativité CGT est importante : elle représente 32,5% des suffrages exprimés dans le privé (contre 25,5% pour la CFDT) et 25,6% dans le public (contre 22,1% pour FO). > Voir le diaporama « Etat des lieux ».

Concernant l’outil de proximité CGT que sont les unions locales, les interventions des militants ont permis de faire la proposition de constitution d’une cartographie de l’état des unions locales dans la nouvelle région. Sur les futures élections TPE en 2016, des projets de travaux ont été identifiés en direction des salariés PME/TPE, avec un volet spécifique pour les TPE (constitution de la Commission CPRI*).

*CPRI : Commission Paritaire Régionale Interprofessionnelle. Issue de la loi sur le Dialogue social (Projet de loi Rebsamen) en cours d’examen par les parlementaires.

> CPRIA : Commissions paritaires régionales interprofessionnelles de l’artisanat
> CESER : Conseil Economique, Social et Environnemental Régional
> ARACT : Agence pour l’Amélioration des Conditions de Travail
> CISTE : Carrefour de l’Innovation Sociale, du Travail et de l’Emploi
> IDST : Institut du Dialogue Social Territorial
> CERESA : Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales d’Aquitaine

Postez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s