Anniversaire de la CGT : 100 ans de Fête du Travail à Saintes

Au mois de septembre, la CGT fêtera ses 120 ans. 120 années de luttes qu’elle propose de revivre à travers diverses initiatives, notamment en Poitou-Charentes. Les premières initiatives ont été dévoilées lors du Congrès de l’Union départementale CGT de Charente-Maritime, les 28 et 29 mai. A cette occasion, l’Union locale CGT de Saintes a, par exemple, présenté une exposition retraçant les mobilisations du 1er mai depuis plus d’un siècle dans la ville charentaise-maritime. Agathe Morin, membre du bureau de l’UL a préparé cette exposition et revient avec nous sur ses objectifs.

C.R. : Bonjour Agathe. Comment s’est fait le choix des premiers mai ?

A.M. : Il y a plusieurs mois, l’Union départementale CGT de Charente-Maritime a demandé aux militants de chercher des idées d’initiative pour commémorer les 120 ans de la CGT. L’idée était que cette exposition soit présentée lors du congrès de l’UD, au mois de mai et puisse être utilisée de nombreuses fois. Le choix de revenir sur les rassemblements du 1er mai s’est révélé être une évidence !

Il ont une histoire riche d’enseignement et sont symboliquement très forts à la CGT. Bibliothécaire de métier, je m’étais occupée d’archiver les documents de l’UL durant plusieurs années et je savais quels documents étaient à disposition. Travaillant à titre personnel aux archives départementales de Charente-Maritime, cela a rendu les choses encore plus faciles, car j’ai pu, avec leur autorisation, exploiter des documents que nous n’avions plus forcément de notre côté.

C.R. : Combien de temps cela a-t-il pris ?

A.M. : Le travail de recherche, de numérisation et d’impression des documents a pris plusieurs semaines. J’ai été aidée par mon mari. Cela a consisté à rassembler 66 documents, sur plusieurs centaines, afin de faire un éclairage sur plusieurs dizaines de premiers mai depuis 1902. Il y a donc eu un travail de réalisé autour des archives de l’UL et des archives départementales. J’ai trouvé de précieux renseignements aux archives départementales, puisqu’on y déniche les archives de police, mais aussi des renseignements généraux : ils gardent absolument tout depuis plus d’un siècle !

C.R. : Lors de la découverte de ces documents, qu’est-ce qui a le plus retenu ton attention ? 

1632847 1er mai les origines de la fete du muguet et du travail2

Affiche de 1936© Archives nationales

A.M. : Ce retour en arrière m’a permis de constater à nouveau que les rassemblements du premier mai ont d’abord été une lutte : celle d’un jour chômé payé afin de pouvoir porter les revendications des salariés. Aujourd’hui ça paraît « normal », mais ça n’a bien évidemment pas toujours été le cas. Marqué par la Fête du Travail et célébrée depuis la fin du XIXe siècle, ce jour rend avant tout hommage aux combats du mouvement ouvrier (comme la journée de huit heures). Le point de départ est le samedi 1er mai 1886. Pas à Saintes ni à Paris, mais à Chicago. Un mouvement revendicatif pour la journée de 8 heures est lancé par les syndicats américains, alors en plein essor. Une grève, suivie par 400 000 salariés paralyse de nombreuses usines. Ils choisissent la date du 1er mai car il s’agit du « moving day », le jour où traditionnellement, les entreprises américaines réalisent les calculs de leur année comptable. Le mouvement se poursuit et dégénère le 4 mai : lors d’une manifestation, une bombe est jetée sur les policiers qui ripostent. On compte une dizaine de morts, dont 7 policiers. S’en suivra la condamnation à mort de cinq anarchistes. Trois ans plus tard, le congrès de la IIe Internationale socialiste réuni à Paris pour le centenaire de la Révolution française, décide de faire du 1er mai une « journée internationale des travailleurs », avec pour objectif d’imposer la journée de huit heures. Cette date est donc choisie en mémoire du mouvement du 1er mai 1886 de Chicago. Il faudra attendre près de 30 ans que les ouvriers français soient entendus. Le 23 avril 1919, le Sénat ratifie la loi instaurant la journée de huit heures. Exceptionnellement, pour célébrer cette avancée, la haute Assemblée déclare le 1er mai 1919 journée chômée. Dans les années qui suivent, le 1er mai s’impose peu à peu comme un rendez-vous ouvrier, un jour de cortèges. Les manifestations du 1er mai 1936 marquent durablement l’imaginaire français. Ce sont des syndicalistes qui ont commencé, mais l’idée était de diffuser au grand public les revendications des travailleurs, puisque nous en sommes tous !

Crédit image : Maison de l'Emploi du Pays Rochefortais.

Crédit image : Maison de l’Emploi du Pays Rochefortais.

Le premier mai le plus marquant à Saintes est vraisemblablement celui de l’année 1968. A cette époque, les manifestants de Saintes se sont déplacés à Rochefort pour soutenir les salariés de l’usine Sud-Aviation, devenue EADS Sogerma puis très récemment Stelia Aerospace, alors en pleine lutte. Le gouvernement et la direction générale de Sud-Aviation ont décidé de la fermeture de l’usine de Rochefort. 800 emplois sont menacés. La CGT, puis la CFDT et FO engagent de nombreuses actions. Un comité de défense de Sud-Aviation est créé. La mobilisation est forte, la lutte puissante. Le 6 juin 1968, le gouvernement  et la direction générale de Sud-Aviation annulent leur décision de fermeture…

C.R. Quels autres projets l’UL a-t-elle en tête suite à cette exposition ?

A.M. : Ce qui pourrait être intéressant, c’est de faire un livre pour revenir plus en détail sur le nombre de militants, les discours prononcés, etc. Pour des raisons pratiques, nous n’avons pas pu rentrer énormément dans les détails pour cette exposition. Il a fallu compiler sur 5 panneaux, plus de 60 documents (photo, articles, tracts…). Toutes les années n’y sont pas alors que j’ai réussi à les avoir absolument toutes depuis 1902 ! Idéalement, le livre pourrait être réalisé avec le soutien du nouvel Institut d’Histoire Sociale de Charente-Maritime. Par ailleurs, nous aimerions lier les 1er mai avec l’histoire de la bourse du travail de Saintes.

C.R. : Merci pour toutes informations et bonne continuation à toi.

A.M. : De rien. A bientôt.

Postez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s