L’Union départementale CGT de Charente-Maritime lance son Institut d’Histoire Sociale

En septembre prochain, la CGT soufflera ses 120 bougies. Un évènement qu’elle va décliner d’ici là par de nombreuses initiatives, notamment en Poitou-Charentes. Ce sera ainsi l’occasion d’un retour sur son l’histoire sociale en territoires. Les premières initiatives seront dévoilées lors du Congrès de l’Union départementale CGT de Charente-Maritime, ce 28 et 29 mai. A cette occasion, l’UD présentera la création d’une nouvelle structure, l’Institut d’Histoire Sociale de Charente-Maritime. Josiane Champion, Présidente de l’IHS et membre du bureau de l’Union Syndicale des Retraités de La Rochelle aux côtés de François Hogu revient avec nous sur la genèse et les objectifs de cet institut. C.R. : Bonjour Josiane. Tout d’abord, qu’est-ce qui a motivé la création de cet institut ? La peur d’une perte de la mémoire syndicale ?

J.C. : L’Union départementale CGT de Charente-Maritime est abonnée depuis de nombreuses années aux publications de l’Institut National d’Histoire Sociale de la CGT. Jusqu’ici personne ne s’était présenté pour faire vivre un institut local. L’histoire sociale me passionnant, j’ai cherché un autre camarade, François Hogu, pour faire une proposition à l’Union départementale afin de mettre en place l’Institut d’Histoire Sociale de Charente-Maritime. J’ai rencontré Gérard Pinaud, le Secrétaire général de l’Union départementale CGT et j’ai mis en place les statuts au mois d’août 2014. A partir de là, nous avons commencé à faire des interventions auprès des assemblées générales de l’Union départementale. Je suis intervenue pour expliquer pourquoi la création d’un IHS en Charente-Maritime était importante. J’ai rappelé que l’histoire n’est pas à la marge de l’activité syndicale, mais qu’au contraire, elle permet de mieux la comprendre. Rapidement, je me suis aperçue que plusieurs personnes étaient intéressées par ce projet et c’est ainsi que nous avons constitué un collectif d’une douzaine de militants. L’objectif de l’IHS est de permettre la conservation de la mémoire syndicale à deux niveaux : par le souvenir et l’expérience. Le souvenir pour ne pas oublier ce qui s’est passé, et l’expérience pour en tirer les enseignements et préparer l’avenir. D’autant que l’histoire a tendance à se répéter et ces enseignements passés sont plus que jamais utiles. D’ores et déjà, je suis intervenue dans plusieurs syndicats pour leur demander de ne plus rien jeter, de conserver toutes les archives, en leur expliquant qu’ils avaient une grande richesse entre les mains. J’ai d’ailleurs constaté qu’il y a une forte tendance à vouloir jeter ce matériel syndical, considérant qu’une fois la lutte terminée, il n’est plus utile…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C.R. : Les statuts de l’IHS ont été déposés l’année dernière et pourtant l’Institut est inauguré à l’occasion du Congrès de l’Union départementale et des 120 ans de la CGT. Ce n’est pas un hasard, j’imagine.

J.C. : En effet, nous n’étions pas à quelques mois près et nous voulions profiter à la fois du rayonnement apporté par le Congrès et de l’anniversaire de la CGT pour présenter l’IHS de Charente-Maritime. D’autant que j’étais au courant qu’il y allait y avoir, lors de ce Congrès, des initiatives pour les 120 ans de la CGT. J’ai fait la proposition à Gérard Pinaud en tout début d’année 2015. Il en a discuté en Commission Exécutive et j’ai eu l’aval. Dès lors nous avons commencé à travailler sur ce qu’on voulait faire pour la tenue du Congrès. Nous avons préparé un bulletin d’adhésion qui sera dans les dossiers du Congrès permettant à celles et ceux qui le souhaitent de s’abonner ou de nous rejoindre. Je ferai une intervention de présentation au Congrès le deuxième jour, afin de revenir sur l’objectif de cet IHS.

C.R. : Justement, quelles initiatives sont prévues pour ce Congrès ?

J.C. : Tout d’abord, Monsieur Blaizeau, historien, sera présent pour retracer les luttes en Charente-Maritime. Il a écrit un livre qui retrace les luttes sociales de la CGT dans le département sur les 200 ans passés. Des expositions sont également prévues et préparées par des unions locales. L’Union locale de Saintes a préparé une exposition sur les 1er mai depuis plusieurs décennies. Celle de Rochefort a préparé une exposition sur les Bourses du travail depuis la fin du XIXème siècle. Le Syndicat CGT Stelia (ex Sogerma) de Rochefort présente une exposition qui revient sur une lutte très importante qu’ils ont mené en 1967-1968 (qui a permis de maintenir le site sur place). Des militants des anciens chantiers navals de La Rochelle ont aussi prévu une exposition. Ce sont des expositions qui vont vivre longtemps, nous avons fait faire nos supports graphiques par des professionnels : ces expositions vont servir dans les congrès, être mises à la disposition des syndicats, mais aussi d’étudiants. Ce ne sera pas uniquement pour les 120 ans.

C.R. : Il me semble qu’une initiative commune entre l’IHS et l’UD est prévue pour la fin de l’année ? Peux-tu nous en dire plus ?

J.C. : En effet, au mois d’octobre, cela fera 70 ans que le Conseil National de la Résistance décidait de la création de la Sécurité Sociale. C’est Ambroise Croizat, ministre communiste, qui s’est employé sans compter pour concrétiser cet engagement en construisant la sécurité sociale solidaire. Son courage politique a permis de résister à toutes les forces réactionnaires qui s’opposaient à cette avancée sociale et politique de grande portée que le monde entier nous envie encore. Nous préparons donc une exposition qui revient sur l’histoire de la protection sociale en France. Pendant 70 ans, malgré les coups pris, la Sécurité sociale a fait la démonstration de son efficacité sociale et économique. Elle a contribué au redressement du pays à la sortie de la guerre, alors qu’il était exsangue. Elle a permis à des salariés de pouvoir vivre de leur retraite, et à des millions de familles d’avoir une vie descente. Elle a permis aux français de pouvoir se soigner et a contribué à faire progresser l’espérance de vie.

C.R. : Une belle exposition en perspective. Merci pour toutes ces informations et à bientôt.

J.C. : De rien. A bientôt.

Postez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s