Offre ferroviaire régionale : la CGT mobilisée en Poitou-Charentes pour le maintien d’un service public de qualité

> Le contexte
Pour la deuxième année consécutive, le budget global du Conseil régional Poitou-Charentes est en baisse. Cela se rajoute aux conséquences des politiques européennes d’austérité qui se traduisent notamment par une baisse des dotations de l’Etat, soit moins 10 millions d’ euros pour Poitou Charentes. Le Conseil régional a choisi de ne répercuter ces baisses budgétaires qu’à hauteur de moins 0,9 million d’euros sur la politique régionale de la Mobilité. Pour autant, avec un devis 2015 de la SNCF supérieur de 2 millions d’euros à celui de 2014, cela empêchera la région de disposer d’un service 2015 égal à celui de 2014 à budget égal. L’opérateur (ndlr: la SNCF) ne peut maintenir une offre ferroviaire identique. La Région a donc demandé à la SNCF des pistes d’économies pour rentrer dans le cadre resserré du budget 2015… En réduisant, de cette façon, la part de l’investissement public, l’Etat et la Région portent une grande responsabilité vis-à-vis de l’économie des territoires et des conditions de vie des populations.

Très prochainement va se discuter le service annuel de transport ferroviaire 2016 entre la SNCF et la Région Poitou-Charentes. Alors que la Région étudie la possibilité de retirer ses financements sur la partie Bressuire-Thouars pouvant entraîner la suppression totale ou partielle de nombreux trains à partir de décembre 2015 (voir notre article du 12 février 2015), les syndicats de cheminots CGT de la région Poitou-Charentes, le Comité régional CGT et les UD multiplient les initiatives pour défendre l’offre ferroviaire régionale, tant TER que TGV, au service des besoins des usagers. Un premier rassemblement à Thouars a eu lieu le 13 février. Il avait pour objectif de dénoncer un « choix politique désastreux » et a vu la création d’un comité de défense du train, avec usagers, élus et syndicats. Le 20 février, la direction de la SNCF et la Région ont été interpellés à Poitiers.

> Lors des sessions du mois de décembre 2014 et du 4 au 16 février 2015, la CGT au CESER a rappelé fortement son opposition à la politique budgétaire du Conseil régional qui ampute le budget alloué à la politique régionale du Transport et de la Mobilité durable (Lire la déclaration du groupe CGT). Une situation qu’elle dénonce depuis plusieurs mois. Elle concerne l’offre ferroviaire régionale à venir, tant en TER (notamment dans le Nord Deux-Sèvres), qu’en trains Corail et TGV. C’est un projet qui rompt avec la politique de développement du transport collectif menée par la Région depuis plus de 10 ans. La CGT Poitou-Charentes a renouvelé sa demande d’une réunion de travail avec tous les acteurs concernés pour la construction d’autres solutions que des suppressions de trains.

Une délégation a été reçue par la direction pour évoquer les questions liées à l’avenir de l’offre en TER, TGV et Corail en Poitou-Charentes. « Globalement, la direction de la SNCF nous a indiqué qu’elle ferait ce que le Conseil régional lui demanderait, n’étant elle-même « qu’exécutante ». En clair : pour nous, elle renvoie la balle à la Région », explique Michel Ferey, du syndicat des cheminots CGT de Thouars. Plus tard, une délégation CGT de cheminots s’est rendue à l’hôtel de Région. Ils ont rencontré Françoise Coutant (Vice présidente, chargée des transports, intermodalité et infastructures) et Jacky Emon (Vice-président en charge des TER).

Une offre régionale TER, TGV et Corail revue à la baisse

« Beaucoup de choses ont été abordées : les menaces autour de la ligne Corail Nantes-Bordeaux (trois allers-retours quotidien, contre cinq il y a encore quelques années) et le mauvais état de l’infrastructure de cette ligne, qui fait l’objet d’ailleurs d’une inscription de financement de travaux au Contrat de Plan Etat Région 2015/2020, mais qui reste insuffisant. Cette ligne qui dessert La Rochelle et Saintes permet pourtant de faire circuler des trains dits « d’équilibre du territoire » », souligne le syndicaliste. Dans le cadre de la future région et des problématiques de déplacements sur la façade atlantique, c’est pourtant un axe à privilégier, tant pour les voyageurs que pour les marchandises rajoute William Jacquillard, animateur de l’activité Transports/Mobilité/Infrastructures pour le Comité régional CGT Poitou-Charentes. Autre sujet abordé : la mise en service de la ligne à grande vitesse en 2017 et la diminution des dessertes. Des villes comme Poitiers, Angoulême, Niort et La Rochelle seraient, selon les annonces de la SNCF,  nettement moins bien desservies en nombre de TGV. Actuellement, il y a par exemple sept allers-retours Niort – Paris par jour. En 2017, il n’y en aurait plus que quatre. Pour la CGT, qui avait en son temps alerté sur cette infrastructure qui allait se construire aux dépends de l’entretien du réseau classique, « c’est anormal, car beaucoup de collectivités ont investi de l’argent dans la ligne LGV qui coûte une vraie fortune. On leur avait donné des garanties et à deux années seulement de la mise en service de cette ligne, ces garanties ne vont pas être respectées. ».  La perspectives de suppression de TER dans le Nord Deux-Sèvres a elle aussi été évoquée (voir notre article du 12 février 2015).

Il est urgent que soit réunie le Comité de suivi « de la convention LGV », instance présidée par l’Etat et qui associe autour d’une même table notamment les collectivités qui financent, au moment où le médiateur fait le tour des territoires ! Par ailleurs, nous demandons la convocation du Comité régional des partenaires du transport public ! Cette instance (ndlr : présidée par la Région) où nous siégeons et dont les deux dernières réunions ont été annulées fin 2014, a toute légitimité pour travailler sur ces sujets.  – William Jacquillard, animateur activité Transports/Mobilité/Infrastructures pour le Comité régional CGT Poitou-Charentes

Une nouvelle entrevue et un comité de ligne en mars

Le 13 mars, le Comité de ligne du Nord Deux-Sèvres réunira syndicats droe salariés, associations d’usagers, représentants SNCF, élus du territoire, représentants du CESER et du Conseil régional. « On nous a indiqué que le Président de Région lui-même se déplacerait pour faire des annonces. C’est une première ! expliquent Michel Ferey et Mickaël Prudhomme, secrétaire de la CGT cheminots à Thouars. Et d’ajouter d’une seule voix : nous l’avons rencontré jeudi dernier en ce qui concerne la suppression des trains en Nord Deux-Sèvres. Il nous a dit ne pas comprendre pourquoi on « s’affolait », tout en reconnaissant que des réflexions étaient bien engagées. Pour nous, il n’y a pas de fumée sans feu ! »

La question du renouvellement de la convention TER entre la Région et la SNCF en 2016 est aussi au coeur des préoccupations de la CGT. La convention actuelle qui lie la région à la SNCF, depuis 2008 va bientôt arriver à terme. Les discussions vont démarrer pour celle qui s’étalera jusqu’en 2022 environ. Comme le budget transport du Conseil Régional est à la baisse pour la première fois, la CGT craint que cela se traduise dans la prochaine convention Région-SNCF.

Pour la CGT, il va falloir rester vigilants et être offensifs, car ce sont des enjeux d’emploi, de développement économique, de qualité de service public pour les usagers et de développement durable qui sont en jeu. Un sujet qui dépasse largement le cadre des professions du transports (cheminots, transport urbain, routiers voyageurs et marchandises…) et qui sera un des principaux enjeux dans la construction des politiques publiques au sein de la nouvelle région. C’est pourquoi les Comités régionaux CGT  du Limousin, de Poitou-Charentes et d’Aquitaine vont amorcer un plan de travail commun sur ces sujets, avec les professions du transport organisées régionalement.

Une pétition en ligne a été lancée par les Cheminots CGT de Thouars et l’UD CGT 79 contre la suppression des trains dans Nord Deux-Sèvres. Un communiqué de presse UD 79 est aussi disponible.

Une réflexion sur “Offre ferroviaire régionale : la CGT mobilisée en Poitou-Charentes pour le maintien d’un service public de qualité

  1. A reblogué ceci sur UL CGT DU BRESSUIRAISet a ajouté:
    Alors que la Région étudie la possibilité de retirer ses financements sur la partie Bressuire-Thouars pouvant entraîner la suppression totale ou partielle de nombreux trains à partir de décembre 2015, la CGT en Poitou-Charentes multiplient les initiatives pour défendre l’offre ferroviaire régionale, tant TER que TGV, au service des besoins des usagers.

Postez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s