Régimes complémentaires : l’avenir des retraites des salariés du privé se joue maintenant

Les négociations sur les régimes de retraites complémentaires Arrco (complémentaire de l’ensemble des salariés du privé non cadres) et Agirc (pour les cadres) ont débuté aujourd’hui, dans un climat de forte tension. En effet, ces deux institutions essentielles de notre système de retraite connaissent un lourd problème de financement, aggravé depuis 2009 par la crise, et par le refus patronal d’augmenter le montant des ressources allouées aux régimes. Si rien n’est fait, les caisses de l’Arrco pourraient être à sec en 2025, et celles de l’Agirc, dès 2018. Dans cette nouvelle séquence de négociations (qui devrait s’étaler jusqu’au mois de juin), la partie patronale avance avec une série de propositions qui visent toutes à réduire le niveau de protection sociale et même à remettre en cause le statut cadre en proposant par exemple la fusion des deux régimes. La CGT avance, à l’inverse, des propositions qui permettraient d’assurer durablement le financement des régimes, sans porter atteinte au niveau de couverture sociale. Face à l’absence de croissance et à la hausse prévue du nombre de retraités, les solutions ne sont guère nombreuses…

Des complémentaires déjà bloquées

Le gel des pensions des régimes de retraites complémentaires depuis le 1er avril 2013, ne règle en rien le problème. Ce gel, qui résulte de l’application de l’accord du 13 mars 2013 signé entre la CFDT, FO, la CFTC et les organisations patronales qui gèrent les caisses de retraites complémentaires, se révèle inefficace compte-tenu de l’inflation quasi-nulle à ce jour. A l’époque, la CGT avait indiqué que le gel des retraites complémentaires – conjugué à celui des régimes de base – impliquerait « une nouvelle dégradation des conditions de vie de millions de retraités avec notamment une baisse de leur consommation, donc un renforcement de la spirale récessive ». 

Hausse des cotisations

Pour la CGT, il n’existe un levier essentiel pour tenter de réduire le déficit des régimes, lequel devrait atteindre 5,3 milliards d’euros en 2014 : augmenter les cotisations. La CGT plaide donc essentiellement – et dans l’immédiat – pour une hausse de 2,45 points de cotisations à l’Agirc, hausse qui pourrait rapporter plus de 2 milliards d’euros dès 2017 et sauver le régime des cadres (le plus en danger des deux). De son côté, le patronat exclut formellement de céder à une hausse de cotisations, à l’heure où la baisse du coût du travail reste son obsession. A la place, le Medef voudrait repousser l’âge de départ à la retraite et réduire les pensions de réversion destinées aux veufs ou aux veuves.

Le patronat souhaite repousser l’âge des retraites, mais comment ? Le Medef souhaiterait introduire une décote des pensions pour les salariés partant à 62 ans. Pendant quelques années, leur pension pourrait être diminuée, afin de les inciter à repousser leur départ. Il leur faudrait attendre par exemple 64 ou 65 ans pour toucher 100 % de leur pension complémentaire..

Repenser la tenue des négociations

Parallèlement, La CGT demande à ce que les négociations se fassent au siège de l’Agirc-Arrco ; FO au Conseil économique, social et environnemental (CESE) et la CFDT se dit indifférente. Ne nous y trompons pas : ce point, symboliquement important, est une requête exacerbée depuis l’échec des négociations sur la modernisation du dialogue social, en janvier 2015. Il n’est pas possible de discuter sérieusement lorsqu’une des parties prenantes s’arroge tous les droits : le Medef convoque dans ses locaux, présente son projet d’accord, préside les réunions », expliquait le 12 février Eric Aubin, négociateur de la CGT. La première séance devrait ainsi être uniquement consacrée à cette question, une autre réunion devant avoir lieu le 23 février pour tenter de trouver un accord sur une réforme de ces modalités de négociation.

Postez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s