45ème Congrès de l’Union départementale CGT 79 : cap sur la syndicalisation et la défense de la protection sociale

Jeudi 30 et vendredi 31 octobre, une centaine de militants CGT de tout le département s’étaient donnés rendez-vous pour faire le bilan de l’activité de l’Union départementale pour les 3 années passées et y définir les orientations et le programme d’actions pour les 3 à venir. Étape capitale de la vie de la CGT en Deux-Sèvres, ce moment a permis à chacun des congressistes de débattre des enjeux de la CGT en Deux-Sèvres.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bilan

Sur l’organisation des actions revendicatives, la Secrétaire générale a évoqué les difficultés à mobiliser : « Est-ce que la forme des actions proposées et leur préparation sont satisfaisantes ? Ces difficultés n’existent pas qu’en Deux-Sèvres : c’est un fait multifactoriel »

Du côté du bilan, la Secrétaire générale réélue Vanessa Couturier a évoqué le travail accompli en direction des jeunes -en particulier des apprentis-, mais aussi en terme de communication interne avec notamment la modernisation du journal de l’UD – tant sur le fond que sur la forme -, la création de la page Facebook de l’Union regroupant pas moins de 1000 abonnés, les interventions mensuelles sur la radio locale D4B dont elle précise qu’il faudra « améliorer l’investissement pour maintenir ce moyen de communication« . Questionformations, le calendrier est plus en adéquation avec les syndicats, notammentavec l’intégration de nouvelles formations telles que l’animation d’un syndicat ou encore la formation au mandat de délégué syndical. Formations qui s’ajoutent notamment à celle de délégué du personnel au comité d’entreprise et membre du CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail). Parallèlement, ce sont pas moins d’une douzaine de formation de niveau 1 qui ont été organisées et cinq intervenants ont reçu un diplôme de formateur.

Sur l’organisation des actions revendicatives, la Secrétaire générale a évoqué les difficultés à mobiliser : « Est-ce que la forme des actions proposées et leur préparation sont satisfaisantes ? Ces difficultés n’existent pas qu’en Deux-Sèvres : c’est un fait multifactoriel » a-t-elle rappelé, avant d’ajouter : « Que cela ne nous empêche pas de rappeler que nous fonctionnons souvent en contradiction avec les principes et les valeurs fondamentales de la CGT : un syndicalisme qui agit avec sa base, avec les salariés et pour les salariés. Or, l’expérience démontre que ces derniers savent exprimer leurs besoins et se rassembler : chez Inkermann, chez Delpeyrat, chez Marie Surgelés (…) : ces luttes se construisent avec les salariés. « Enfin, a-t-elle ajouté l’UD, tout comme les UL, les collectifs professionnels (…) sont l’émanation des syndicats, et sont avant tout des outils pour les syndicats, avec les syndicats. Il nous faut renforcer nos liens ». 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plan de syndicalisation

Toujours côté « bilan », malgré un nombre d’adhérents en hausse d’une année à l’autre depuis 2011 – 3118 en 2014 -, Vanessa Couturier, souligne qu’il « existe des territoires où la CGT n’est pas présente, ce qui limite les possibilités d’intervention des salariés pour défendre leurs droits et revendiquer de nouveaux acquis sociaux« . Une situation à laquelle il faut remédier. Pour l’Union, il y a donc nécessité à prendre en mains ces déserts syndicaux. Cela passe par un plan de syndicalisation présenté lors de ce Congrès, objet d’une résolution ayant été adoptée à l’unanimité. « Toute la CGT a un plan de syndicalisation. A travers cette résolution, l’objectif est d’avoir notre propre plan de syndicalisation dans le département, sur notre champ interprofessionnel » explique Claude Gazeau, membre du bureau de la CE. Et de rappeler : « Nous sommes là pour construire l’Union départementale CGT de demain« .

Pour le Congrès, il faut profiter de cette démarche de syndicalisation pour améliorer la représentativité de la CGT dans les secteurs où elle n’est pas assez représentée. Cela passe par une modernisation de son image. « Durant ces trois dernières années, nous avons surtout renforcé notre implication dans des secteurs où du travail avait déjà été réalisé. En revanche, nous avons peu progressé en terme de syndicalisation dans le secteur du Commerce par exemple. Nous y sommes faiblement représentés et nous devons travailler là-dessus. » souligne Vanessa Couturier. D’ores et déjà, deux chantiers en cours s’annoncent comme de véritables tours de chauffe en terme de représentativité : les élections professionnelles de la fonction publique (1er au 4 décembre) – où la CGT présentera une cinquantaine de listes pour 400 candidats – puis les élections à la MSA* début janvier. L’anticipation sera aussi à l’ordre du jour des 3 années à venir : « Si nous sommes aujourd’hui capables de connaître la situation des entreprises en faisant des constats, ça ne suffit plus. A la vitesse à laquelle le patronat agit, il nous faut être capables de mieux anticiper. Cela nous renvoie à nos pratiques, ainsi qu’aux priorités de notre activité. » « Pour anticiper efficacement, il faut connaître du mieux possible les données socio économiques du département » ajoute-elle.

Poursuite de la défense de la protection sociale

Du côté de la protection sociale, le Congrès a adopté à l’unanimité une résolution visant à affirmer le soutien de toutes les mobilisations contribuant à défendre les emplois et les besoins des citoyens en matière de santé et de soins, comme le font les militants de l’Hôpital Nord Deux-Sèvres. La défense, la reconquête et le financement de notre protection sociale passe par un élargissement des luttes des salariés actifs, et de retraités pour imposer une autre répartition des richesses produites par le travail. Cela implique de débattre dans les entreprises et d’organiser la lutte. Comme le rappelle un des congressistes, cela passe notamment par « la lutte pour l’augmentation des salaires en portant un SMIC à 1700 euros brut comme base de grille salariale. » Et d’ajouter : « Sans ça, comment vivre dignement ?« .

Dossiers locaux

Ce Congrès a notamment donné la parole aux militants du syndicat CGT de Delpeyrat à Thouars, venus évoquer leur lutte. « En quelques semaines nous avons construit notre syndicat et avons, parait-il même « débordé » la CFDT ». Pour l’UD, il était nécessaire de rappeler qu’il faut « aider au mieux les élus dans les entreprises afin qu’ils soient en possibilité d’accompagner les salariés, face à la perversité patronale… ». Au niveau du dossier hôpital Nord-Deux-Sèvres, la CGT a une nouvelle fois dénoncé « l’absence de débat public. En 2014, nous ne sommes plus sur le projet de 2008 ». A l’issue de ce Congrès, si chacun s’est donné rendez-vous dans 3 ans (ndlr: pour le prochain), la Secrétaire générale a rappelé qu’un bilan d’étape aura lieu dans un an, à l’occasion du prochain Comité général de l’Union.

A LIRE AUSSI

Télécharger le discours introductif de Vanessa COUTURIER, Secrétaire générale de l’Union départementale CGT des Deux-Sèvres
DOCUMENT AU FORMAT PDF

Postez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s