Rassemblement du 3 juin : les retraités CGT du Poitou-Charentes se sont mobilisés pour dire non à l’austérité

Du Poitou-Charentes au Languedoc-Roussillon, en passant par l’Alsace, la Bretagne ou encore Les Pays de la Loire et Midi-Pyrénées… près de 20 000 retraités ont manifesté à Paris le 3 juin, à l’appel des syndicats CGT, CFTC, FO, CGC, FSU et Solidaires, mais aussi de trois associations. 450 d’entre eux venaient de notre région, et s’étaient donnés rendez-vous au pied de la Tour Eiffel, le temps d’un pique-nique et d’une manifestation jusqu’à la gare Paris Montparnasse.

Non au plan d’austérité de 50 milliards

Pouvoir d’achat en baisse, gel des pensions… à l’unisson, les retraités ont dit non au plan d’austérité, à l’image de Michel Francheteau, Secrétaire de l’USR CGT des Deux-Sèvres. « Nous étions déterminés à faire entendre nos revendications. Ce n’est pas en touchant à notre pouvoir d’achat qu’on améliorera la situation du pays. Nombreux sont ceux qui souffrent du plan d’austérité qui est imposé, jeunes et moins jeunes. Joindre les deux bouts est un problème transgénérationnel : aujourd’hui, la société pose problème à ceux qui rentrent dans le travail et à ceux qui en sortent parce qu’il n’y a pas de minimum correct pour vivre. À ce titre, pour la CGT les pensions de retraite ne doivent pas être inférieures au SMIC ».  Une forme de mobilisation exceptionnelle

« La réussite de cette mobilisation montre combien le gel des pensions de retraite et l’impact des politiques d’austérité sont des sujets brûlants. Ceux qui croyaient passer à côté de l’austérité, sont désormais touchés par les hausses d’impôts, la suppression de la demi-part, le gel des barèmes d’imposition, etc. Si on met tout cela bout à bout, cela représente de grosses sommes. » 

Ce jour là, dans le cortège, ils étaient nombreux à se féliciter de la réussite de cette mobilisation. C’est le cas de Guy Silvestri, retraité militant CGT de Charente-Maritime. « De mémoire, sous cette forme une telle mobilisation n’avait pas eu lieu depuis au moins une dizaine d’années. C’est une vraie réussite, l’objectif que nous nous étions fixé (ndlr : rassembler entre 15 0000 et 20 000 retraités) est atteint ! Cela montre combien le gel des pensions de retraites et l’impact des politiques d’austérité sont des sujets brûlants. Ceux qui croyaient passer à côté de l’austérité sont désormais touchés par les hausses d’impôts, la suppression de la demi-part, le gel des barèmes d’imposition, etc. Si on met tout cela bout à bout, cela représente de grosses sommes. Nous ne pouvons pas tolérer de gel de pension alors que notre pouvoir d’achat est déjà en baisse depuis un bon moment. Dans le pays rochefortais, les effets des mesures qui ont été prises depuis 2009 provoquent une perte de pouvoir d’achat des retraités de 8 millions d’euros par an. »

« Nous avons des déplacements, des frais médicaux, nous aidons parfois enfants et petits-enfants qui sont au chômage, et vivons pour certains des situations de quasi-perte d’autonomie : tout cela a un coût. » 

La réalité de la « croissance », c’est celle du taux de pauvreté des retraités, du nombre toujours plus grand de celles et ceux ayant recours aux associations caritatives pour se nourrir, qui doivent travailler pour boucler les fins de mois ou qui renoncent aux soins médicaux ». Des « soins médicaux » qui reviennent dans la bouche de beaucoup de manifestants qui rappellent que malgré les apparences, ce n’est pas parce qu’un retraité n’est plus considéré comme un actif qu’il n’a pas de dépenses. « Nous avons des déplacements, des frais médicaux, nous aidons parfois enfants et petits-enfants qui sont au chômage, et vivons pour certains des situations de quasi-perte d’autonomie : tout cela a un coût » explique l’un d’entre eux. Beaucoup de retraités n’ont plus les moyens d’avoir une mutuelle. « Si nous n’avons pas un minimum vital, qu’on nous enlève le peu qu’on avait quand on était actif, cela ne fonctionnera pas et notre société va péricliter » ajoute Michel Francheteau. Qu’ils viennent de la Vienne, des Deux-Sèvres, de la Charente ou de la Charente-Maritime, Tous estiment qu’ils ont « déjà beaucoup perdu au cours du temps » et qu’il faut « que l’austérité cesse ».

Poursuivre la mobilisation

Comme le rappelait Marc Austrusseau (animateur Place et rôle des retraités en région) dans nos colonnes, le 23 mai dernier, « L’aggravation de la baisse du pouvoir d’achat des salariés et des retraités ne résoudra pas les difficultés financières des régimes de retraite, pas plus qu’un retour de la croissance». Pour la CGT, ce sont la création d’emplois, la revalorisation des salaires, une vraie égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, l’arrêt des exonérations de cotisations et l’élargissement de l’assiette des cotisations à tous les revenus distribués par les entreprises qui créeront les ressources nécessaires. Les organisations CGT, FO, CFTC, CGC, FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR et UNRPA ont décidé de poursuivre la mobilisation en se rencontrant le 12 juin pour la défense du pouvoir d’achat des retraites, de la Sécurité sociale et des services publics. Lire le communiqué de l’Union Confédérale des retraités CGT.

Photos prises par les retraités militants du Poitou-Charentes

 Témoignages (vidéo cgt.fr)

Une réflexion sur “Rassemblement du 3 juin : les retraités CGT du Poitou-Charentes se sont mobilisés pour dire non à l’austérité

Postez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s