241 emplois menacés chez Federal Mogul : La CGT « ne baissera pas les bras »

Les salariés de Federal sont sous le choc, après l’annonce le 2 avril, de la fermeture programmée de leur usine de Chasseneuil-du-Poitou. 241 emplois sont menacés. Des salariés et les représentants syndicaux CGT de Federal Mogul se sont rassemblés à Poitiers devant la Préfecture de région, le 4 avril, pour exprimer leur colère. Une délégation composée de représentants syndicaux de la CGT et de la Secrétaire générale de l’Union départementale Cgt de la Vienne a été reçue par la Préfète de région. La veille salariés et représentants syndicaux avaient été reçus par le député maire de Poitiers, Alain Claeys

C’est par la voie d’un communiqué que Federal Mogul Operations France a annoncé le 2 avril, avoir ouvert « une concertation avec les partenaires sociaux », dans le cadre d’un projet de cessation d’activité de son usine basée à Chasseneuil-du-Poitou. Federal Mogul est un fournisseur mondial de produits et services destinés à l’industrie automobile, mais aussi la marine, l’aéronautique, le ferroviaire. En l’état, cette décision entraînerait la suppression de 241 emplois au cours du dernier trimestre 2014 sur un site qui produit essentiellement des pistons diesel pour les constructeurs français. La direction du site en avait informé les salariés plus tôt dans la journée alors que se tenait un comité central d’entreprise au siège français du groupe dans le Loiret. « Dans un secteur automobile européen stagnant et en situation de surcapacité, le site de Chasseneuil se trouve confronté à des conditions de marché très difficiles », explique-t-elle. Et d’ajouter que l’usine de Chasseneuil reste déficitaire depuis 2009 et souffre du développement des moteurs essence au détriment du diesel.

 « rien ne justifie une telle fermeture »

Pour le syndicat CGT Federal Mogul, « rien ne justifie une telle fermeture ». Il dénonce une absence d’investissement et de réaction face à une situation préoccupante « qui ne date pas d’hier« , signalée notamment un droit d’alerte déposé il y a un an, par le syndicat. « Cela fait un an que les salariés attendent la réponse à la question qu’ils ont posé à leur direction : quel avenir pour le site ? La réponse, nous l’avons aujourd’hui », a déclaré Catherine Giraud, Secrétaire générale de l’Union départementale CGT de la Vienne. 

Depuis quelques mois, l’État est à la fois actionnaire de PSA et de Renault, principaux donneurs d’ordres de Federal Mogul. « Les pouvoirs publics doivent se bouger ! Nous n’allons pas baisser les bras » a indiqué Stéphane Moreau, délégué syndical. Et d’ajouter : « Nous ne retrouverons pas de boulot. Il n’y en a pas dans la Vienne. Il faudra que l’on aille dans les pays où ils ont délocalisé (NDLR : Pologne, Allemagne et Turquie), mais c’est impossible, nous avons des familles, des enfants, c’est du délire. »

Rappelons qu’au mois de février, l’expertise réalisée dans le cadre d’une procédure d’alerte avait fortement inquiété les 250 salariés de l’usine de pistons. À l’époque, la direction assurait néanmoins qu’une fermeture n’était “ pas d’actualité ”…

Postez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s