SMIC : l’indispensable coup de pouce refusé par le gouvernement !

Alors que les salaires sont en berne et que le pouvoir d’achat des ménages diminue, le ministre du Travail vient d’annoncer devant la Commission nationale de la négociation collective (CNNC) une revalorisation du SMIC de 1,1%, soit l’application stricte des règles automatiques de revalorisation. C’est une décision qui nuit au pouvoir d’achat et à la croissance. Car si l’évolution du Produit Intérieur Brut dépend de la consommation et des salaires, le SMIC demeure un levier à la disposition du gouvernement, à la fois en terme de salaire minimum, mais aussi comme moyen de favoriser les dynamiques salariales via les grilles de salaires dans les entreprises. Il est incompréhensible que le gouvernement se refuse à l’utiliser.

Le gouvernement s’enferme dans les préconisations du groupe expert sur le SMIC, celui-ci reprenant les thèses patronales qui font des salaires une « charge » nuisant à l’emploi. C’est pourtant par la reconnaissance des qualifications et leur juste rémunération que l’on relancera la consommation et la croissance. Lors du CNNC, trois organisations syndicales de salariés représentant 59,53% des salariés du privé ont formulé l’urgente nécessité d’un coup de pouce sur le SMIC. Elles n’ont pas été entendues par le gouvernement. Pour la CGT, le SMIC doit être augmenté immédiatement et atteindre rapidement 1700 euros par mois.

La Cgt appelle les salariés à se mobiliser dans l’unité la plus large afin d’obtenir cette augmentation et l’ouverture de négociations sur les salaires.

Postez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s