Emplois d’avenir : où sont les CDI ?

Emplois d’avenir : emplois précaires

Près d’un an après le vote de la loi portant création des emplois d’avenir, alors qu’une réunion de bilan du dispositif est organisée ce lundi en présence du ministre du travail, la CGT publie son analyse.

Lire le dossier spécial de la Cgt

dossierspecial

Date de publication : 16/09/2013

Les chiffres communiqués par le ministère démontrent que, si les objectifs quantitatifs comme le ciblage des emplois d’avenir sur les jeunes les moins qualifiés sont respectés, les emplois d’avenir constituent par contre de nouveaux contrats précaires. Les emplois d’avenir mobilisent pourtant un financement public important, avec 75% de l’emploi financé pour le secteur non marchand (35% pour le secteur marchand), et doivent permettre d’offrir des perspectives d’avenir aux jeunes. C’est pour cela que la CGT avait exigé et obtenu lors du débat parlementaire que les emplois d’avenir satisfassent trois conditions :

1- Qu’ils garantissent l’accès à un emploi durable. Le bilan démontre pourtant que :

- Seuls 10% des jeunes sont recrutés en CDI

- Seuls 45,5 % des jeunes sont recrutés sur des CDD de 3 ans.

Près de 45% des jeunes sont donc recrutés sur des CDD de moins de 3 ans. Ce qui devait être l’exception tend à devenir la règle.

2- Qu’ils enclenchent une dynamique de création de nouveaux emplois et soient réservés au secteur non-marchand.

L’ensemble des Régions ont décidé à partir de mai 2013 d’étendre la possibilité de recruter des jeunes en emploi d’avenir au secteur marchand sans exclusive. 12% des emplois d’avenir sont dans le secteur marchand, chiffre en forte augmentation ces derniers mois, dans les domaines de la restauration ou de l’agriculture par exemple.

Dans le secteur non marchand, en particulier dans les collectivités, les emplois d’avenir ont rarement été utilisés pour répondre à de nouveaux besoins. Ainsi, la CGT craint de forts effets de substitution et s’inquiète de la pérennisation des emplois au-delà de l’aide de l’Etat.

3- Qu’ils assurent au jeune une formation qualifiante. Le bilan démontre pourtant que seuls 40% des employeurs dans le secteur non marchand et 25% dans le secteur marchand s’engagent à faire accéder les jeunes recrutés en emploi d’avenir à une qualification.

La CGT exige des mesures pour éviter que les emplois d’avenir ne soient un dispositif de traitement social du chômage et notamment :

- L’obligation pour les structures publiques de recruter en CDD de 3 ans temps plein,

- L’obligation pour les structures privées de recruter en CDI temps plein,

- L’obligation, en particulier pour les employeurs du secteur marchand, de garantir une formation qualifiante au jeune,

- Le suivi du jeune à l’issue de l’aide de l’Etat de façon à garantir la pérennisation de l’emploi,

- La pérennisation des moyens accordés aux missions locales.

Postez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s