La Cgt en deuil après le décès de Michel Guitton

Michel GuittonIl venait de souffler ses 71 bougies. Michel GUITTON, figure du syndicalisme en Charente-Maritime s’est éteint vendredi 19 juillet. Atteint d’un cancer contre lequel il s’est battu sans relâche pendant deux ans, il laisse aujourd’hui une Cgt endeuillée. Après avoir fait ses premières armes en tant qu’apprenti chez Ridoret, il est embauché en 1963 chez Brissonneau et Lotz (Aytré, 17), entreprise qui deviendra plus tard en 1972, Alstom. Ce n’est que deux ans après qu’il rejoindra la Cgt pour protester contre une intervention des forces de l’ordre au sein de l’usine.

« Il a connu des batailles mémorables, c’était un orateur et un meneur d’hommes hors pair »

Jean-Pierre GRENON

Comme l’explique Jean-Pierre GRENON, son successeur à l’Union départementale Cgt 17 « Il n’était pas syndiqué (ndlr : jusqu’ici) mais il avait pris la parole pour envoyer paître le préfet de l’époque ! ». Et d’ajouter : « Il a connu des batailles mémorables, c’était un orateur et un meneur d’hommes hors pair ».

Sa carrière de militant, il la fera tour à tour comme responsable de la section Cgt d’Alstom (1966), puis en rentrant à l’UD et en devenant son Secrétaire général lors de son 43è congrès. Comme le rappelle le quotidien Sud Ouest, ses treize années de mandat correspondront « au treize années les lus noires de l’économie départementale. » À l’époque, le secteur de l’industrie perd 10 000 emplois avec les fermetures d’usines de Tasker, Dufour ou encore Alcatel et Queval. Plus tard, en 1990, il deviendra président de la Macif centre ouest et patron de la Mutualité 17. Un horizon qui lui permettra de se diriger vers l’économie sociale. La Cgt lui rendra hommage au crématorium de Mireuil à La Rochelle, demain à 10h15.

Article réalisé à partir de celui du journal Sud Ouest daté du 23 juillet 2013

Une réflexion sur “La Cgt en deuil après le décès de Michel Guitton

  1. L’intense émotion qui a prévalu lors des hommages rendus au cours de la cérémonie, lors des obsèques de Michel, n’a d’égal que l’admiration que lui vouaient les militants de la CGT, et au delà, le respect de tous(amis et adversaires). Personnellement,c’est un sentiment de grand vide et d’injustice que sa disparition me fait ressentir. Comme il me disait, il y peu de temps, avec la philosophie qui le caractérisait » Ecoutes, il arrivera ce qu’il arrivera, on peut partir la conscience tranquille, ce qu’on a fait pour la collectivité, c’est pas trop mal… » Adieu Michel et bon courage Monique.

Postez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s