Congrès du Syndicat Cgt de l’Hôpital de Niort

Le syndicat cherche à améliorer son fonctionnement.

Mardi 11 juin 2013, le syndicat Cgt de l’Hôpital de Niort était réuni pour un congrès exceptionnel au sein du centre hospitalier. L’occasion pour son bureau et ses syndiqués, de faire le bilan de plus d’une année de travail, jalonnée d’avancées, mais aussi de certaines difficultés. Des obstacles qui, aussitôt mis en lumière, ont permis une prise de conscience du syndicat, lui-même désireux de repenser son organisation pour améliorer son efficacité.

photoParallèlement au départ de l’ancien Secrétaire général Patrick DEMAY et à la prise de fonction de la nouvelle Secrétaire générale Sarah Desmier, ce congrès a permis de créer des échanges et des débats particulièrement riches. Comme l’explique Sandrine FOURNIER, « Ils ont fait apparaître les préoccupations latentes de certains syndiqués, mais aussi des membres du bureau ».

Si le syndicat reconnaît volontiers disposer d’heures de travail pour son action syndicale, le faible nombre d’effectifs empêche ses militants de mener efficacement leurs missions. « Il nous faut mieux distribuer le temps qu’on a mis à notre disposition, mais cela suppose qu’on soit assez nombreux. Or, nous avons des difficultés à articuler l’absence des agents pour activité syndicale et l’organisation des services. Le cadre de travail est fait pour culpabiliser les collègues. Si l’hôpital donne une journée syndicale à une personne, elle décale le planning de ses collègues. Du coup, on effectue le travail syndical sur nos jours de congés ».

 

« Le cadre de travail est fait pour culpabiliser les collègues. Si l’hôpital donne une journée syndicale à une personne, elle décale le planning de ses collègues. Du coup, on effectue le travail syndical sur nos jours de congés » – S.F.

Du côté des adhérents présents à ce congrès, Corinne PACHER, psychologue, est revenue sur l’attente, par les agents des services hospitaliers de l’Hôpital de Niort, d’une action rapide de la Cgt. Manque d’effectifs dans les services, précarité des postes proposés – notamment pour les psychologues qui sont contractuels pour près de huit sur dix – les critiques sont nombreuses et les espoirs de changement le sont tout autant.  « Grâce aux échanges que nous avons eu avec Corinne PACHER lors du congrès, des liens ont été créés et nous avons pris conscience
photo que le syndicat, malgré ses difficultés, devait intégrer pleinement les réunions d’informations, qui au demeurant sont intersyndicales »,
explique Sandrine FOURNIER. C’est donc à juste titre que chacun se félicite de cette première avancée, tant les préoccupations des personnels des services nécessitent un débat intersyndical. Et d’ajouter : « Si on arrive à mener à bien cette intersyndicale dans cette profession, ce sera vraiment une grande avancée ». De quoi montrer une fois de plus, l’utilité d’un tel rendez-vous pour faire remonter les attentes de chacun.

Pour les mois à venir, le syndicat souhaite profiter des enseignements de ce congrès pour améliorer son organisation et ainsi renforcer son rôle sur le terrain, rechercher des convergences pour établir un rapport de force en faveur des syndiqués, mais aussi préparer les prochaines élections professionnelles. Un agenda chargé,, mais assurément passionnant.

Postez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s