Journée d’étude autour des contrats de génération : un vrai succès !

« Sur quoi faut-il négocier ? Un apprenti est-il éligible au contrat de génération à la sortie de son contrat d’apprentissage ? Qu’en est-il des salariés en cours de professionnalisation ? «  Les questions des représentants syndicaux présents à la journée d’étude Cgt étaient nombreuses, ce jeudi 13 juin ! Preuve qu’une telle initiative était nécessaire, ils n’étaient pas moins d’une quarantaine de syndicalistes Cgt de toute la région à s’être rendus au complexe Henry Barbusse dans le cadre de cette initiative du Comité régional Cgt Poitou-Charentes.

IMG_0662De nombreux thèmes ont été abordés, à commencer par la méthodologie du diagnostic obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés, mais aussi l’opportunité, grâce au diagnostic, d’avoir une vue d’horizon des objectifs de l’entreprise en terme d’embauches et d’organisation. La question est, notamment, de savoir comment sont organisés, dans les entreprises, à l’heure actuelle, le tutorat et la transmission de compétences, ainsi que la prise en compte de la question de la pénibilité du travail. Les débats de la matinée ont permis à la Cgt de rappeler que la mise en place de ces contrats de génération est aussi une opportunité : elle va lui permettre de se déployer pour apporter ses conseils et faire durer cet accompagnement dans le temps et ainsi ramener le fait syndical au centre du fonctionnement de l’entreprise en donnant la parole aux salariés.

« C’est l’occasion d’interroger à nouveau un certains nombre d’indicateurs : ce seront des éléments de travail pour continuer à travailler sur l’amélioration des conditions de travail et que les CHSCT soient investis dans cette suite. 

Même dans le meilleur des cas, si l’accord est satisfaisant, il doit être une porte d’entrée pour un suivi à long terme », a expliqué Jean-Michel Dupire du Comité régional Cgt Poitou-Charentes. La Cgt souhaitant ne pas se contenter de suivre la législation à la lettre et faire mieux que ce que le législateur propose, elle est aussi désireuse que les entreprises de moins de 50 salariés puissent ouvrir des négociations (ce qui n’est pas obligatoire au regard de la loi). L’Association régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ARACT) est intervenue pour proposer des outils permettant d’établir le diagnostic. Elle a notamment mis à disposition des participants, un questionnaire devant aider à dégager un socle d’outils pour la négociation. Parmi les questions posées, on retrouve : Quels métiers sont en déclin ou en disparition ? La compétence est-elle détenue par une seule personne ? Quels sont les métiers que vous jugez essentiels dans votre entreprise ?

 » – Moi tout ce que je constate, c’est qu’on nous demande de faire des choses compliquées pour permettre aux patrons d’avoir 4000 euros en poche par an » s’exclame un syndicaliste présent. – Quand bien même ! Ce sont les opportunités qui s’ouvrent qui sont importantes, notamment en terme de négociation pour que les accords soient meilleurs que ce que prévoit la loi ! »

Un autre moment fort de la journée a été celui de la distinction entre la fonction de réfèrent et celle de tuteur. Dans le cadre du contrat de génération on parle de réfèrent, un poste moins exigeant pour le salarié sénior que celui de tuteur. « Il faudra bien en parler pendant les accords car la nuance est de taille » a souligné Tony Hélion (UD 79). Et de poursuivre : « Être tuteur c’est avoir de la pédagogie et sous-entend qu’il y ait du temps entre le jeune et l’ancien, ici on parle de référent et les exigences qui sont les siennes ne sont pas les mêmes. » A ce propos, un représentant syndical Cgt d’une entreprise de plus de 300 salariés a précisé : « On mettra un nom sur un « tuteur » mais est-ce que dans la pratique les choses pourront se faire, est-ce que le référent pourra faire son travail ? Aura-t-il du temps ? »

Journée d'étude

Jean-Michel Dupire, responsable des questions Travail et Santé au Comité régional Cgt, accompagné d’Aurélie Marloie chargée de mission à l’ARACT a présenté l’aide proposée par l’association régionale aux futurs négociateurs syndicalistes.

La Cgt a aussi insisté sur la nécessaire vigilance dont devront faire preuve les négociateurs, autour des éléments de diagnostic communiqués par la Direction. « Les employeurs ont le chic de proposer des indicateurs pas du tout pertinents, il nous faudra être prudents et préparés » a rappelé Jean-Michel Dupire.

« Les employeurs ont le chic de proposer des indicateurs pas du tout pertinents, il nous faudra être prudents et préparés » – Jean-Michel Dupire.

L’occasion de souligner que les Instances Représentatives du Personnel devront rendre un avis sur le diagnostic comme le prévoit la loi et quelle que soit l’issue de la négociation. Concernant les règles de ces négociations, le Comité régional Cgt a indiqué que les entreprises qui ont des délégués syndicaux doivent négocier avant le 30 septembre. Concrètement, cette date butoir ne concerne que les entreprises de plus de 300 salariés qui, à elles seules, étaient représentées par la moitié des syndicalistes présents à cette journée d’étude. Les entreprises dépourvues d’IRP se sont vues rappeler qu’elles peuvent mandater un salarié. C’est une possibilité mais pas une obligation.

Pour clore cette journée d’étude, les participants ont convenu de constituer des groupes de quatre militants par département pour piloter un Comité de pilotage régional. La prochaine rencontre aura lieu le jeudi 29 août.

Retrouvez ci-dessous, les deux diaporamas du Comité régional Cgt Poitou-Charentes et de l’ARACT.
Contrat de génération ARACT
Diapo 13 juin sur contrat de génération

Postez un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s