La session du CESER s’est déroulée du 4 au 16 février 2015

Pour cette session, 6 rapports étaient soumis au CESER. L’un d’entre eux concernait « La mise en oeuvre de la Trame verte et bleue » et résultat d’un travail engagé depuis des mois par l’assemblée, les 5 autres concernaient des rapports relatifs à la session proprement dite : – le plan régional de la filière bois ; – Le soutien régional à la recherche en Poitou-Charentes ; – la situation de la région et le bilan d’activité 2014 ; –  Le plan d’action régional en faveur de la citoyenneté et de la jeunesse. ; – La mobilisation régionale pour le bâtiment en Poitou-Charentes. Enfin, une motion demandant le respect des engagements pris par la SNCF sur la ligne LGV Paris-Bordeaux a été votée. Lors de cette session, la CGT a fait deux déclarations. La première concerne la motion du CESER « La LGV Paris-Bordeaux. Appel au respect des engagements pris » et la perspective de suppression des trains TER dans le Nord Deux-Sèvres, à partir de la mi-décembre 2015 (Lire la déclaration CGT). La seconde déclaration concerne l’avis du CESER sur le projet de « Plan régional de mobilisation sur le bâtiment en Poitou-Charentes » (Lire la déclaration CGT). 

↓ En synthèse

Concernant la motion du CESER « La LGV Paris-Bordeaux. Appel au respect des engagements pris » et la suppression des trains dans le Nord Deux-Sèvres à partir de mi-décembre 2015, le groupe CGT a rappelé fortement son opposition à ce projet qui rompt avec la politique des transports menée par le Conseil régional Poitou-Charentes depuis des années. La CGT a renouvelé sa demande d’une réunion de travail avec tous les acteurs concernés par la construction d’autres solutions que des suppression de trains.

Concernant le « Plan régional de mobilisation sur le bâtiment en Poitou-Charentes », la CGT a déploré que les causes des difficultés liées au secteur ne soient pas identifiées et développées. Elle a souligné le double jeu du patronat des filières du bâtiment qui organise la concurrence déloyale et faussée entre les entreprises, notamment en utilisant ce que l’on appelle des salariés « détachés » et qui sollicite en même temps l’aide financière de la puissance publique. La CGT a aussi renouvelé sa demande d’une évaluation des aides aux entreprises.

Lire l’avis du CESER